Effectuer des vérifications du véhicule en lien avec la sécurité routière
 

Le candidat devra montrer qu'il possède une bonne connaissance technique de son véhicule.
Le candidat procède à une vérification intérieure, portant sur un accessoire, une
commande, un témoin, un document de bord ou un élément de sécurité.
Le candidat procède également à la vérification d'un élément à l'extérieur du
véhicule. La vérification extérieure ne peut être réalisée que si la configuration du lieu
s’y prête.
Ensuite, le candidat répond à une question en lien avec la sécurité routière.

« Évaluation des vérifications et de la question en lien avec la sécurité routière.
L’évaluation de cette compétence est indépendante de la qualité d’expression du
candidat. En cas d’incompréhension de sa part, l’expert peut reformuler la question.
La notation des vérifications et de la question en lien avec la sécurité routière est
globalisée et permet au candidat de se voir attribuer de 1 à 3 points, dans les
conditions suivantes :
1 point est attribué si la vérification intérieure est correcte ;
1 point est attribué si la vérification extérieure est correcte ;
1 point est attribué si la réponse à la question est correcte.
Si le candidat ne réalise correctement aucune des deux vérifications et s’il ne répond
pas correctement à la question en lien avec la sécurité routière, il se voit attribuer la
note 0 à l’ensemble de cette compétence. »
Ce domaine de compétence est composé de la vérification extérieure, de la
vérification intérieure et de la question complémentaire en lien avec la sécurité
routière.
Si les trois éléments sont correctement restitués, la compétence est jugée
satisfaisante et la notation 3 est attribuée ;
Si deux des trois éléments sont correctement restitués, la notation 2 est attribuée ;
Si un élément est correctement restitué, la notation 1 est attribuée ;
Si aucun des trois éléments n'est correctement restitué, la compétence est jugée
insuffisante, la notation 0 est attribuée.

 


Le choix des vérifications et de la question s’effectue en relevant le nombre indiqué
par les deux derniers chiffres du totaliseur du compteur kilométrique du véhicule
d’examen. Dans l’éventualité où la question tirée au sort porterait sur un élément qui
n’existerait pas sur le véhicule d’examen, l’expert passe à la question suivante (et
ainsi de suite).
En cas de panne du compteur kilométrique du véhicule d’examen, l’expert choisit le
numéro des questions Vi et Ve.
Pour le premier candidat de chaque école de conduite, lorsque la vérification
intervient en début d’examen sur le point de départ, l’expert choisit le numéro de la
question.
Dans tous les cas, l'expert doit lire en premier lieu le texte original de la question.
L’expert doit prendre toutes les mesures pour s'assurer que le candidat a bien
compris la question posée. Il doit au besoin la reformuler.
Tous les synonymes et les réponses équivalentes doivent être acceptés.
L'expert doit dissocier la vérification extérieure de la question en lien avec la sécurité
routière. Il énoncera ces questions en deux temps, laissant le candidat répondre à la
vérification extérieure avant de lui poser la question en lien avec la sécurité routière.
Lorsque la vérification le nécessite (contrôle du fonctionnement des feux « stop »,
par exemple), la participation de l’accompagnateur doit être sollicitée par le candidat
auprès de l’expert.
Cependant, la participation spontanée de l'accompagnateur ne doit pas
nécessairement entraîner la pénalisation du candidat.